Les Enfants de la Grande Ile

En direct de Mada

  • Voyage à Mada

    ANDRÉ, MARIE, FRANÇOISE , VALÉRIE, HÉLÈNE...

    ... se sont envolés pour cinq semaines pour Madagascar le 12 mai à la rencontre des enfants parrainés individuellement et collectivement, voir les projets réalisés et en étudier de nouveaux Ils ont fait, à ce jour, plus de la moitié du chemin
    Ils ont visité les communautés de TANANARIVE, d'AMBATOMANJAKA, ANALAVORY, AMBATOFOTSY, ANTSIRABE, AMBOSITRA, FIANARANTSOA, SAKALALINA, MANANJARY, et ils viennent de quitter NOSY VARIKA sur la côte est. Pour se rendre dans ce village il faut une bonne journée par le bateau sur le canal de Pangalanes et une autre pour revenir
    Actuellement ils font route sur VONDROZO avec sa piste infernale de 70 km où ils repartirons le 3 juin pour se rendre sur AMBOSITRA, AMBOHIMAHAZO, et AMBATOFINANDRANA
    Ils prendrons la direction de TANANARIVE en passant par MIANDRIVAHAZO et ANKILASOA
    L'arrivée est prévue dans la capitale le 14 Juin et retour le 16 à Orly
    Beaucoup de travail, beaucoup d'heures sur la route. Jusqu'à ce jour le voyage se passe bien
    Un compte rendu sera fait, il sera mis sur le prochain bulletin N° 66 qui devrait sortir dans la première quinzaine de juillet
    A bientôt

  • La période de soudure à Madagascar

    Les malgaches appréhendent cette période, qui démarre à la fin de la réserve du stock de riz, jusqu'à la nouvelle récolte

    C 'est une période plus ou moins longue où beaucoup de malgaches ne mangent pas à leur faim principalement les enfants dont certains quittent l'école.

    Après la récolte, les paysans vendent leur récolte de riz à des tarifs très bas car souvent ils n'ont pas la place de stocker, et achètent ensuite le même riz plus du double pendant la période de soudure. Il est donc important que ces paysans construisent un grenier dans leur village pour mettre assez de réserve de nourriture pour la période de soudure.
    Les religieuses sensibilisent les malgaches à la culture des légumes et aussi à l'élevage de la volaille pour compenser et aider à passer cette période.
    Elles sont les premières à montrer l'exemple en cultivant elles-mêmes leur potager.
    Voici un courrier provenant de Madagascar... dans le vif du sujet :

  • Retour de Mada 2011

    Communiqué des membres de l'association, de retour de Madagascar.

    Retour-de-Mada-2011

  • Elles sont bien arrivées

    Elles sont enfin bien arrivées !

    Les 3 membres du bureau de notre association , Hélène Ribreau, Bernadette Guilbaud, Geneviève Angot, accompagnées de trois adhérentes, Thérèse, Valérie et Michèle  sont bien arrivées à Madagascar mais avec un  retard de quelques jours, la cause était l'éruption du volcan d'Islande.

    Elles sont arrivées le 22 avril et ont commencé le périple par Andravohangy, école de Tananarive, puis l'école  d'Ambatofotsy où nous avons une trentaine d'enfants parrainés. L 'accueil est toujours chaleureux et c'est un grand plaisir de revoir les enfants parrainés et les soeurs qui organisent une fête à cette occasion.

    Elles se sont rendues ensuite à Dabolava pour voir les classes construites  et financées par l'association, quel accueil de la part des élèves et des parents d'élèves ! Cette construction était indispensable.

    Elles ont continué sur Miandrivazo puis Malaimbandy où nous avons fait construire un bâtiment de 2 classes  6ème et 5ème, là aussi les élèves, les parents, les officiels de la commune étaient tous rassemblés pour les accueillir et inaugurer ce bâtiment.

    Elles ont poursuivi leur route sur Mahabo et Morondava. C'est la période des fortes chaleurs dans ces villes (40, 45 degrés).

    Le mercredi 5 mai elles se sont rendues à Ambositra, sur les hauts plateaux. La température était plus clémente. Ensuite, elles sont passées à Ambohimahazo et Ambatofinandrahana.

    Le 11 mai elles étaient à Fianarantsoa et ont pris la route pour Sakalalina où un projet est en cours pour la construction d'un grenier à riz.

    Puis, elles sont allées à Mananjary sur la côte Est pour se rendre à Nosy Varika le 16 mai. Actuellement elles sont sur un bateau à moteur sur le canal de Pangalane avec une bonne dizaine d'heures pour y arriver. Elles emportent des médicaments financés par PHI (Pharmaciens Humanitaires Internationaux).

    Pour le moment leur voyage se passe bien. La situation économique du pays est catastrophique politiquement et économiquement. Avant il n'y avait pas grand choses, maintenant il n'y a plus rien.  Tout est cassé et rien ne fonctionne. Il est difficile de communiquer.

    Elles ont pris la décision de financer l'opération de  2 enfants en urgence, un pour une infection dentaire et un autre  qui avait la colonne vertébrale en angle droit suite à une chute, âgé de 3 ans il ne peut pas marcher. Il y a aussi des enfants à faire parrainer dont certains cas en urgence, parmi eux, plusieurs aveugles.

    Les projets ne manquent pas : la construction de 2 ou 3 classes dans un village, l'achat  de ballons de rééducation pour handicapés,  de livres scolaires, aide à la Cantine d'Ambatofotsy, aide à la scolarisation de plusieurs écoles et elles n'ont pas encore visité toutes les communautés. Dans tous les dispensaires on nous réclame des médicaments. Les besoins sont énormes.

    Elles devront se rendre ensuite à Vandrozo, retourner à Ambositra pour faire le point des projets soumis à la responsable des religieuses pour repartir ensuite sur Tananarive et se rendre à Analavory et Ambatomanjaka car là aussi il y a des enfants parrainés à voir.

    Ce n'est pas un voyage d'agrément elles ont du travail !

    Leur retour est prévu le 13 juin. Un compte-rendu sera fait de tous les besoins et projets à réaliser. Une réunion des membres du bureau aura lieu pour déterminer les priorités. Vous en serez tous informés.

    A suivre, et à bientôt

    Le bureau

  • Demande de parrainage de Madagascar

    En parrainant vous redonnez le sourire à un enfant

    Si nous privilégions le parrainage  collectif du fait qu' il apporte de l'aide à un grand nombre d'enfants, comme par exemple à l'école d'AMBOHIMAHAZO  où 20 parrains et marraines suffisent  pour soutenir environ 360 élèves avec environ 3500 euros par an,  le parrainage individuel reste  indispensable pour certaines familles  dans une grande misère.

    Nous venons de recevoir des demandes de la part des religieuses pour plusieurs familles.

    Voici l'histoire de Madame RAHANITRINIAINA Françoise. Son mari est décédé en 2007 après avoir été hospitalisé 3 mois à Fianarantsoa. Depuis, elle élève seule ses 4 enfants  âgés de 5, 7, 9 et 13 ans, ainsi que le bébé de sa belle-sœur décédée en couches.

    Pour survivre, elle travaille ici et là en faisant quelques lessives. Les enfants vont mendier dans la rue et aucun ne va à l'école.

    Les religieuses nous demandent de l'aide afin que ces enfants quittent la rue et retournent à l'école pour apprendre à lire et à compter.

    Nous recherchons des parrains et marraines pour soutenir cette famille dont voici quelques photos:

    [nggallery id=9]

    Pour leur venir en aide, contactez-nous.


  • Elles devaient partir pour rencontrer les enfants parrainés !

    Sonia, Nado, Ginou et Hélène, membres du bureau, accompagnées de Thérèse et Michèle,  des marraines, devaient partir à Madagascar le 26 avril pour 6 semaines à la rencontre des enfants parrainés, suivre la réalisation des projets réalisés et en étudier de nouveaux.

    La situation catastrophique  de ce pays,  l'appel à la prudence du ministère des affaires étrangères de France ainsi que les conseils de prudence des religieuses les ont contraintes à ajourner le départ. Elles ont donc annulé leur voyage pour le reporter à l'année prochaine si tout va bien.