Les Enfants de la Grande Ile

Une mission à Madagascar

A son retour de mission (septembre-octobre 2015), Marie-Claude nous livre son témoignage... émouvant

Il me tardait de retourner à Madagascar à la rencontre de ce peuple si attachant.
Dès notre arrivée, nous retrouvons Jeannot notre chauffeur qui depuis 2008 nous accompagne tout le long de notre mission.

2015 mada 031 redimensionner
A Tana, nous sommes impressionnés par l'insalubrité qui règne dans la ville, des décharges sauvages sur les trottoirs... il faut dire qu'en début d'année, la capitale a été victime d'inondations catastrophiques, les gens circulaient en barques, toutes les décharges flottaient, et à la décrue tout s'est retrouvé dans les rivières.... conséquences : recrudescences de maladies, la peste, le choléra, le palu et beaucoup de morts car les gens n'ont pas d'argent pour se soigner.

P1020657 redimensionner  P1020840 tana redimensionner  P1020848 redimensionner  P1030503 ambositra redimensionner


Nous avions hâte de quitter la ville pour la campagne, malgré les routes défoncées et les pistes impraticables.

Madagascar 2010 829  060  Sakalalina la piste

Nous avons retrouvé les magnifiques paysages de rizières, de cultures en terrasses qui bordent la nationale 7 avec des couleurs dignes d'une palette de peintre.

2015 mada 001 redimensionner  2015 mada 006 redimensionner  2015 mada 010 redimensionner
Tout au long de cette route, nous assistons aux travaux quotidiens des paysans dans les rizières avec les zébus, puis les femmes qui repiquent le riz.

1589  2015 mada 008 redimensionner

Sur les bords de la route, les casseuses de pierres de plus en plus nombreuses avec leurs enfants. La fabrication de briques à la main, puis transportées sur la tête souvent par les enfants.

Madagascar 2010 1050  P1030217 redimensionner  Le portage des briques
Puis nous avons été témoins de feux de brousse très nombreux, véritable désolation, les paysans pensent que la terre sera plus fertile....

2015 mada 021 redimensionner  2015 mada 022 redimensionner  2015 mada 023 redimensionner
On nous avait parlé de l'insécurité, qu'il fallait être très prudents, je partais avec une certaine appréhension. Nous avons croisé sur une piste une bande armée de lances et de fusils qui poursuivait des voleurs de zébus, car ils font leur justice eux même. A cause de la corruption, ils n'ont plus confiance en la justice. Il est fort conseillé de ne pas sortir dès qu'il fait nuit, c'est-à-dire à partir de 18 H.

         C'est avec joie que nous retrouvons les enfants parrainés, leurs familles et les religieuses qui les encadrent dans 14 lieux différents. L'accueil est toujours très chaleureux et les échanges enrichissants, le tout avec beaucoup d'émotions.

P1030623ankilimasoa redimensionner

Je vous livre l'histoire de quelques enfants qui m'ont particulièrement bouleversée

C'est ce petit garçon de 10 ans qui était parrainé et dont le parrain est décédé, il a décidé de changer d'école car sa maman ne pourrait pas payer l'écolage.... nous lui disons de ne pas s'inquiéter : l'association le prendra en charge.

– A la prison d'Ambositra, nous avons rencontré les femmes. Elles sont 10, dont une avec un bébé de 7 mois. Nous leur laissons des lainages, des couvertures, confectionnés par les résidentes de la maison de retraite de Sucé sur Erdre.

P1020946 redimensionner  P1020953 redimensionner  P1020968 redimensionner

– Un grand-père, vient nous voir avec ses petits enfants et sa fille handicapée mentale. Elle transporte des briques sur la tête pour se faire un petit peu d'argent.

– Suzanne, elle, a 13 ans. Elle manque régulièrement l'école car elle est malade à cause de la malnutrition. Elle vit souvent dans la rue avec sa maman qui n'a pas d'argent pour payer son loyer. Suzanne s'inquiète beaucoup : elle voudrait tant aller à l'école. Elle fond en larmes. Nous voilà bouleversés par la détresse de cette petite fille. Sa maman nous demande de la mettre en pension pour qu'elle étudie et puisse avoir à manger.
Quelques coups de fil et nous lui trouvons une école à 400 kms de chez sa maman. Nous expliquons à Suzanne qu'elle ne pourra voir sa maman qu'aux grandes vacances.

Suzanne retrouve le sourire, elle est tellement heureuse, un sourire qui vaut pour nous tous les cadeaux du monde.
« Aujourd'hui nous n'aurons pas perdu notre temps »

P1030181suzannefiana redimensionner

– Dans un quartier très pauvre de Fianarantsoa nous rencontrons les enfants de la rue qui bénéficient de la cantine que nous parrainons, ils sont 61, la personne qui les encadre nous dit qu'une dizaine de ces enfants couchent toutes les nuits dans la rue.....
Les enfants nous remercient beaucoup pour notre aide
.

P1030201 redimensionner  P1030198cantineenfantrue redimensionner

Olivier, vous vous souvenez, il y a 4 ans, nous l'avions pris en charge grâce à vos dons.
Olivier avait un cancer à l'oeil, après des traitements de chimios et interventions chirurgicales, il est guéri, c'est un enfant plein de vie qui travaille bien à l'école, il a 8 ans. Sa maman remercie chaleureusement tous les donateurs qui ont permis de le soigner.

2012 olivier apres son operation et chimio  2013 olivier  P1030001 redimensionner


Parmi les enfants parrainés depuis le primaire nous en avons plusieurs qui ont réussi brillamment leurs études :
– Natacha qui passe son diplôme d'infirmière au mois de décembre et qui va poursuivre pour être sage-femme.
– Berthine qui entre dans une école d'ingénieur agronome,
– Itiry qui a eu son BAC avec mention et veut être magistrat.
– Annita qui a obtenu une licence de Management d'entreprise et banque.


Ceci n'est qu'un petit aperçu de ce que nous vivons lors de nos rencontres.


Le soir lorsque les enfants rentrent de l'école ils aident leurs parents, beaucoup de familles monoparentales, ils vont chercher l'eau au puits, au milieu du village ou à la rivière. Pour faire les devoirs, c'est tous dans la même pièce et à la bougie. Il leur faut beaucoup de courage pour travailler. Pendant les vacances, beaucoup d'enfants nous ont dit aider leurs parents dans les rizières.

P1030377puitssakalalina redimensionner  P1020691 redimensionner  2015 mada 007 redimensionner


Tous ces enfants, s'ils n'étaient pas parrainés, ne pourraient pas aller à l'école. Mais la question est pourquoi celui-ci et pas un autre : ils sont tous dans le besoin. C'est pourquoi nous nous orientons sur des parrainages collectifs d'écoles et de cantines. Cela nous parait plus équitable et permet à un plus grand nombre d'enfants de fréquenter l'école et d'avoir un repas par jour.


Dans les écoles que nous avons visitées, nous avons eu plusieurs demandes de parrainages d'école.


A Ampanassana, nous avons eu la joie d'assister à l'inauguration de 3 classes, dont nous avions financé les matériaux pour la construction qui a été faite par les parents d'élèves dirigée par le Père Marian. Inauguration animée par les enfants avec des chants et des danses, puis le verre de l'amitié.

P1030577ampanasana redimensionner  P1030594 redimensionner  P1030593 redimensionner
A Ankilimasoa, petit village de brousse, nous avions financé la construction de 3 classes, maintenant, il faudrait des bureaux pour les élèves et des livres, également un puits et des WC....

P1030630 redimensionner  P1030661 redimensionner
Nous revenons les valises pleines de projets. Nous ne pourrons sans doute pas répondre à tous les besoins. Pour nous cela est très difficile de faire un choix. Aussi nous faisons appel à votre générosités, parlez-en autour de vous, même un petit geste.
« Les petits ruisseaux font les grandes rivières »


A TANA nous avons récupéré à la SALAMA des caisses de médicaments pour un montant de 2 200 € offerts par Pharmacie Humanitaire Internationale pour alimenter les 3 dispensaires tenus par les soeurs.
Merci à l'équipe de PHI de Nantes, grâce à leur aide beaucoup de malades seront soignés principalement les enfants.

2015 madagascar 002  2015 madagascar 003  2015 madagascar 007  2015 madagascar 362  2015 madagascar 824  2015 madagascar 075  2015 madagascar 066  
Enfin, je voudrais saluer le dévouement des religieuses qui encadrent tous ces enfants et qui ont à coeur qu'ils réussissent. Elles donnent sans compter.

P1030900miandrivazo redimensionner
Merci pour l'accueil très chaleureux qu'elles nous ont réservé tout le long de notre mission.

« Le sourire d'un enfant est source de beaucoup de joie »

2015 2  2015 mada enfants 014 redimensionner

La suite de la visite

Cliquez ici : Regards d'enfants